Saint Martin de Tours

Bref rappel de la vie de saint Martin

Martin naît en 316 en Pannonie (actuelle Hongrie) de parents païens. Son père est tribun dans la légion romaine. Vers l’âge de 10 ans, habitant alors Pavie en Italie, il rencontre pour la première fois des chrétiens et à leur contact, il désire être baptisé. Trop jeune, il est alors catéchumène. Déjà il désire vivre comme ermite au désert.

Enrôlé de force dans l’armée romaine à 15 ans, il se fait tout à tous, sert son esclave au lieu de se laisser servir par lui. Sulpice Sévère raconte ce fait bien connu de la vie sur Saint Martin : « C’est ainsi qu’un jour où il n’avait sur lui que ses armes et un simple manteau de soldat, au milieu d’un hiver qui sévissait plus rigoureusement que de coutume, à tel point que bien des gens succombaient à la violence du gel, il rencontre à la porte de la cité d’Amiens un pauvre nu : ce misérable avait beau supplier les passants d’avoir pitié de sa misère, ils passaient tous leur chemin. L’homme rempli de Dieu comprit donc que ce pauvre lui était réservé, puisque les autres ne lui accordaient aucune pitié. […]  La nuit suivante, quand il se fut abandonné au sommeil, il vit le Christ vêtu de la moitié de la chlamyde dont il avait couvert le pauvre. Puis il entendit Jésus dire d’une voix éclatante à la foule des anges qui se tiennent autour d’eux : « Martin, qui n’est pas encore que catéchumène, m’a couvert de ce vêtement. » […] Comme il avait dix-huit ans, il s’empressa de se faire baptiser. »

Peu après, il quitte l’armée et rejoint à Poitiers l’évêque Saint Hilaire qui est alors un grand défenseur de la foi dans le Christ vrai Dieu, vrai homme. Sous sa conduite, il fonde le premier monastère de Gaule à Ligugé. Sa réputation d’homme de prière et thaumaturge s’étend bien au-delà du Poitou.

C’est alors, en 371, qu’il est appelé à devenir évêque de Tours mais, il continue de vivre en moine et fonde un deuxième monastère, Marmoutier, pour se retirer dans la prière et y former de nombreux disciples. Avec ceux-ci, il évangélise les campagnes et fonde ainsi les premières paroisses.

Il meurt le 8 novembre 397 à Candes où il est venu remettre la paix dans la communauté. Son corps est ramené à Tours le 11 novembre où il est enterré dans le cimetière des pauvres, bien au-delà des murs de la cité. C’est là qu’il est vénéré et invoqué jusqu’à nos jours.

 

Histoire de la construction de la basilique

̏ Vers 470, Perpet ayant désaffecté la collégiale que l’évêque Brice avait élevé antérieurement sur la tombe de saint Martin, en fit édifier une autre plus ample, merveilleusement construite, dans l’abside de laquelle il transféra le bienheureux corps de ce vénérable saint. ̋ (St Grégoire de Tours-Histoire des Francs)

C’est le 4 juillet 474, anniversaire de la consécration épiscopale de saint Martin, que fut dédicacée cette nouvelle collégiale. L’actuelle basilique a été édifiée à l’emplacement même de cette 1ére collégiale et de celles qui lui ont succédé. Le pèlerin peut donc encore se recueillir auprès de la tombe de saint Martin, où est exposé le reliquaire du « Chef » (crâne) de saint Martin.

Notre mission à Saint Martin de Tours

C’est en l’an deux mille, qu’une communauté a été fondée ici, en réponse à l’appel de Monseigneur André Vingt Trois, alors archevêque de Tours, pour servir en cette basilique qui abrite le tombeau de Saint Martin.

Nous participons à l’animation spirituelle et matérielle en collaboration avec le Recteur, le père Xavier Gué, prêtre responsable de la Basilique.

Dans ce diocèse, avec la communauté des clarisses, nous portons le témoignage de la vie contemplative. Pour notre communauté, située en plein centre de la ville dans un quartier à la fois touristique et commercial, notre mission est principalement le service de la prière dans un lieu ouvert à tous. Elle se vit :

  • par la participation quotidienne à l’Eucharistie
  • par la célébration de l’office divin (liturgie des heures) qui rythme nos journées. Par l’office, unies au Christ et au nom de toute l’Eglise, nous adressons au Père la louange. Les fidèles peuvent s’y joindre, les touristes ou visiteurs se laisser toucher ou interpeler.
  • par l’adoration eucharistique proposée chaque jour
  • et par toutes les activités que nous entreprenons au long de la journée au service de ceux qui viennent en ce lieu.

Auprès du tombeau de saint Martin, entraînées par son exemple, nous essayons jour après jour :

  • de vivre la charité : d’abord au cœur de notre vie communautaire, puis, en nous mettant au service de ceux franchissent les portes de ce sanctuaire avec une attention particulière aux plus pauvres.

Ici, de nombreux « blessés de la vie » viennent chercher réconfort auprès de saint Martin, qui, à l’image du Christ, a eu compassion d’eux. Saint Jean-Paul II est venu à leur rencontre en 1996.

  • de demeurer dans la prière. Saint Martin est toujours demeuré fidèle à la prière, fondant un monastère à Marmoutier, alors que, devenu évêque, les sollicitations de sa mission risquaient de le détourner de la vie contemplative à laquelle il était tellement attaché.
  • de témoigner de l’Evangile. Saint Martin a sillonné les campagnes de France, annonçant Jésus Christ, fondant les premières paroisses. Si notre vocation n’est pas de sortir pour nous rendre aux périphéries, néanmoins, comme Martin, nous voulons témoigner de la présence du Christ, de son amour pour chacun. Aussi essayons-nous d’accueillir les périphéries qui entrent.

Dans le prolongement de la vie liturgique, nous sommes présentes :

  • A l’accueil à la Basilique où il y a un petit magasin. Avec l’aide de bénévoles, nous proposons quelques livres et objets religieux essentiellement en lien avec saint Martin. Là, les rencontres sont souvent l’occasion de recevoir une intention de prière, d’échanger pour une recherche de lumière et de vérité qui ouvre à une vie avec Dieu ou à un cheminement vers un sacrement. Avec les personnes qui le souhaitent, nous allons prier au tombeau de Saint Martin. Nous proposons, aussi, de découvrir la vie de saint Martin et tout ce qui s’est passé en ce lieu au long de ces 16 siècles d’histoire, près de son tombeau, à travers la visite de la basilique (vitraux, sculptures…)
  • Depuis quelques années, l’aménagement de la Maison d’accueil nous permet de proposer à des personnes venant seules ou en groupe de demeurer auprès de saint Martin pour un temps de ressourcement, de retraite, de récollection, de détente…

Nous accueillons ainsi des hôtes individuels, des groupes de jeunes, d’enfants dans le cadre de leur préparation à un sacrement, des scouts pour un temps de prière et de service, des familles, des pèlerins cheminant vers saint Jacques de Compostelle… pour quelques heures ou quelques jours…

Le séjour spirituel peut aussi s’enrichir de la découverte de bien des trésors de l’histoire de France dans la ville et les alentours, de la rencontre de grandes figures de sainteté et d’un patrimoine religieux très riche.

Coordonnées de la communauté :

Bénédictines du Sacré-Cœur de Montmartre
Prieuré saint Martin
7 rue Baleschoux
37000 TOURS

Coordonnées du Sanctuaire :
Basilique saint Martin
7 rue Baleschoux
37000 TOURS
Tél. 02 47 05 63 87
www.basiliquesaintmartin.fr


    Contact




    En nous envoyant votre email et toute autre information personnelle, vous acceptez que les informations soient utilisées en accord avec notre politique de protection des données prévues aux mentions légales de notre site Internet. Ces données ne seront pas stockées pour un autre usage que pour vous contacter. Elles ne seront ni vendues ni échangées.