Les étapes de la formation

1 – le Postulat

« Venez et voyez » Jn 1, 39

 

Après plusieurs retraites/séjours dans une communauté de la Congrégation, des rencontres régulières avec la maîtresse des novices, et des “stages” de découverte de notre vie dans les prieurés (en sanctuaire et dans les maisons de la Congrégation), la jeune femme qui pense être appelée à devenir bénédictine du Sacré-Cœur de Montmartre peut faire la demande d’entrer au postulat.

Le postulat est un temps de discernement, de découverte et de transition. Il dure de 6 mois à un an. La postulante n’est pas encore liée à la congrégation, bien que participant à notre vie religieuse : vie de prière, vie fraternelle, travail caché au service de la communauté et participation à l’apostolat.

Ce temps d’initiation et d’adaptation progressive à la vie religieuse est aussi un moment favorable pour apprendre à se connaître soi-même, pour vérifier sa propre liberté, la solidité de son désir de suivre le Christ et son aptitude à la vie communautaire bénédictine, lieu privilégié de la formation.

 

2- Le noviciat

« …et ils demeurèrent auprès de Lui, ce jour-là » Jn 1,39

Après le temps de postulat, le noviciat marque l’entrée dans la communauté. La postulante reçoit l’habit et le voile blanc ainsi que son nom de religieuse : elle devient novice. Le noviciat dure habituellement deux ans.

C’est le temps de l’initiation intégrale à la forme de vie choisie par le Fils de Dieu et vécue selon le charisme de notre Congrégation.

Le noviciat est également le temps de croissance en profondeur, au point de vue humain, spirituel, intellectuel et au niveau de l’assimilation du charisme. La novice apprend à chercher Dieu à travers la Règle de Saint Benoît et à vivre une alliance d’amour avec le Seigneur. Elle est progressivement formée à une vie de prière qui animera plus tard toute son action ; elle s’imprègne du charisme de la Congrégation.

C’est un temps privilégié où la novice, à l’écoute de l’Esprit Saint, a l’occasion d’approfondir, de discerner et de confirmer son appel à la vie religieuse dans notre Congrégation, puis de se préparer librement à prononcer les vœux de chasteté, pauvreté et obéissance lors de la Profession temporaire.

 

3- Le juniorat

« …et ils demeurèrent auprès de Lui, ce jour-là » Jn 1,39

Le Juniorat s’étend de la profession temporaire jusqu’aux vœux perpétuels. Sa durée varie de 6 à 9 ans. Il est un temps de maturation religieuse, d’approfondissement humain, spirituel, intellectuel et pastoral. Il est un temps d’enracinement mais aussi de mise en pratique, en vue d’une charité plus parfaite, de ce à quoi la jeune professe s’est engagée librement. C’est le temps de l’apprentissage de la fidélité, de l’endurance et de la patience, à travers le don total d’elle-même dans la vie commune et l’exercice progressif de la mission apostolique, selon la Règle de Saint Benoît et les Constitutions des BSCM.

Il est un temps d’intégration au sein d’une famille religieuse qui a un passé, un patrimoine, un esprit, une vocation reconnue par l’Église et une mission actuelle dans le monde. La jeune professe engage librement toute sa vie et toute sa personne dans cette institut qu’elle apprend à aimer, à servir, à faire grandir en sainteté. Elle apprend donc à s’approprier toutes ses valeurs et son charisme.

Le temps de la profession temporaire se déroule en 2 temps :

  • le juniorat spécifique : temps au juniorat avec moments d’études plus approfondies (par exemple le Studium Théologique Inter Monastique – STIM, l’Institut supérieur de Sciences Religieuses – ISSR, … )
  • le juniorat en sanctuaire: temps en sanctuaire avec apprentissage progressif de responsabilités.

A la fin du juniorat, un temps de “retour aux sources” à la Maison Mère, à l’ombre de la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre est proposé pour ressaisir tout ce qui a été vécu jusque-là et pour se préparer à la Profession perpétuelle.

4- la profession perpétuelle

« Je concluerai avec vous une Alliance éternelle » Jr 31

Au terme du juniorat, la jeune professe peut demander librement à faire sa profession perpétuelle dans la congrégation. Elle reçoit la croix de la congrégation et l’alliance.

Après avoir discerné et mûri l’appel du Seigneur durant les étapes précédentes, avec l’accord de ses supérieures, elle s’engage pour toute la vie à suivre le Christ dans la congrégation des Bénédictines du Sacré-Cœur de Montmartre. Par cet acte, l’Eglise authentifie l’appel de Dieu et nous engage dans la voie que le Seigneur a voulue pour lui-même. LG 46

S’engager aujourd’hui pour toute sa vie est un réel défi. Il témoigne de la fidélité de Dieu qui « tient dans sa main définitivement ceux qui s’y sont mis pour toujours. » Constitutions n°42.