Notre-Dame du Laus

Histoire

Benoîte Rencurel (1647-1718) travaille comme bergère. Avant de commencer à parcourir les montagnes avec ses troupeaux, elle demande à sa mère un chapelet. Ne sachant ni lire ni écrire, elle prie à longueur de journées et devient ainsi une vraie contemplative.

A partir de mai 1664, et pendant 54 ans, une « belle dame » lui apparaît. Le 29 août, la belle dame révèle son identité : « Je suis Dame Marie, la Mère de mon très cher Fils. » Fin septembre, elle la conduit au Laus : « Allez au Laus, vous y trouverez une chapelle d’où s’exhaleront de bonnes odeurs, et là très souvent vous me parlerez ».

Le lendemain, Benoîte se rend au hameau du Laus tout proche et trouve la chapelle de Bon-Rencontre grâce aux parfums. À l’intérieur, debout sur l’autel, Marie lui dévoile son projet : « J’ai demandé ce lieu à mon Fils pour la conversion des pécheurs et Il me l’a accordé ».

Elle confie à Benoîte la mission de faire construire une église et une maison pour les prêtres afin qu’ils reçoivent et confessent les pèlerins.

Recouvrant la chapelle de Bon-Rencontre, l’église est édifiée entre 1666 et 1669. Dès le printemps 1665, les pèlerins affluent au Laus. Ils seront environ 130 000 en 18 mois.

Bien que le pèlerinage du Laus ait été autorisé dès le mois de septembre 1665 par l’archevêque d’Embrun, les apparitions en elles-même n’avaient jamais fait l’objet d’une reconnaissance officielle par l’Eglise. C’est en 2005, dans le cadre de l’instruction du procès de béatification de Benoîte, que ce constat est fait.

Le décret de reconnaissance a été promulgué le 4 mai 2008, au cours d’une messe célébrée au sanctuaire en présence du nonce apostolique en France (Mgr Fortunato Baldelli), de plusieurs cardinaux et de nombreux évêques.

Charisme du lieu : un lieu de réconciliation

La chapelle des apparitions s’appelle « Bon Rencontre », appel à se laisser rencontrer par le Seigneur, qui ne cesse de venir jusqu’à nous. La foi, c’est essentiellement cela : se laisser rejoindre par Dieu. Et la Vierge Marie est là, discrète et fidèle, pour faciliter la rencontre.

  • L’huile du Laus : la première année des apparitions, la Mère de Dieu dit à Benoîte que l’huile de la lampe du tabernacle guérira ceux qui s’en appliquent avec foi en recourant à son intercession.
  • La tombe de Benoîte, à l’entrée de la chapelle, est un lieu privilégié pour s’en remettre à son intercession. Elle nous appelle à laisser le Seigneur réaliser en nous de grandes réconciliations.

Les autres lieux d’apparitions de la Vierge à Benoîte sont l’occasion d’autant de pèlerinages à accomplir aux alentours du sanctuaire.

 

Notre mission à Notre-Dame du Laus

C’est en octobre 2008, après un mois de stage d’été, qu’une communauté de Sœurs Bénédictines du Sacré Cœur de Montmartre, est appelée au service du Sanctuaire Notre Dame du Laus dans les Hautes Alpes (05), lieu d’apparitions mariales, par Monseigneur Di Falco Léandri. Celui-ci vient de reconnaître officiellement le caractère surnaturel des apparitions de la Vierge Marie à Benoîte Rencurel.

Quatre sœurs sous la direction d’une prieure vont commencer à œuvrer au service de la liturgie, de la sacristie, ainsi que dans l’apostolat/éveil à la foi et à la prière des enfants, et l’accueil des pèlerins. Nous avons la grâce d’habiter une partie de la grande maison Saint Joseph, à l’écart du sanctuaire, tout en étant assez proche, et disposant d’un oratoire où nous prions habituellement les offices des lectures et du milieu du jour.

Les sœurs font connaissance avec les lieux. Il y a la neige en hiver qui recouvre tout de son beau manteau blanc : elle ne cesse de nous émerveiller et vives les batailles de boule de neige, les parties de luge ! Et quand il faut déneiger le chemin qui mène à la route, il y a toujours des volontaires, même à 6h30 le matin !!! C’est aussi le soleil qui brille presque toute l’année (avec plus ou moins d’intensité, certes) et le ciel bleu on ne s’en lasse jamais, surtout quand il illumine les belles montagnes qui nous entourent, et nous accompagne dans des randonnées sur les nombreux chemins qui passent autour du Laus.

Il nous faut aussi entrer progressivement dans la grâce du lieu, en priant dans la basilique avec des pèlerins de plus en plus nombreux, en faisant l’onction d’huile, en priant sur la tombe de Benoîte, confiantes en son intercession pour les intentions que l’on nous confie. Nous nous plongeons aussi dans la lecture des manuscrits du Laus pour nous pénétrer de ces 54 années d’apparition dans les lieux mêmes où nous vivons. « J’ai demandé le Laus à mon Fils, pour la conversion des pécheurs, et il me l’a accordé » a dit la Vierge Marie à Benoîte : nous sommes ainsi tous bien accueillis par Marie qui que nous soyons, où que nous en soyons de notre foi, de notre vie de prière.

 

La reconnaissance officielle permet assez rapidement de développer les propositions et les pèlerins sont bien au rendez-vous. La communauté s’agrandit. Une sœur est demandée pour s’occuper du magasin-librairie, avec les vendeuses déjà présentes, afin de conseiller et d’accueillir. Une autre sœur se charge plus particulièrement des propositions spirituelles pour les groupes. Les sœurs participent activement aux nouvelles propositions apostoliques comme les sessions des familles aux mois de juillet et d’août, les sessions ski-spi pendant les vacances de février, le pèlerinage des enfants, ainsi que les enseignements régulièrement proposés tout au long de l’année pour faire connaître la spiritualité du Laus, entrer dans les différents temps liturgiques et annoncer la foi. La communauté habite désormais toute la maison Saint Joseph et avec l’autorisation de l’évêque du lieu, le Saint Sacrement y est conservé, pour une adoration possible de jour et de nuit.

Le Laus est aussi un « carrefour » pour les communautés au sud de la Loire !! C’est ainsi que nous accueillons plusieurs années de suite un pèlerinage inter-communauté avec nos sœurs d’Ars et de Laghet. Nous sommes très heureuses de nous retrouver en dehors de la Grande Retraite pour deux jours festifs de pèlerinage et de rencontres fraternelles ! La situation assez exceptionnelle de ce refuge de montagne choisi par la Sainte Vierge donne à des sœurs le désir de venir y passer quelques jours de repos au bon air et sous le manteau de Marie. Nous avons donc la joie de voir régulièrement nos sœurs des autres communautés pour un temps de recréation. L’été, bien dense en apostolat, nous donne aussi de recevoir l’aide de nos sœurs. C’est ainsi deux, trois, quatre sœurs qui se succèdent pour venir à notre rescousse, notamment nos jeunes sœurs encore en formation qui font ainsi un stage de vie en sanctuaire.

Sur le site internet de Notre Dame du Laus  vous pouvez participer, grâce aux nombreuses retransmissions, à la vie de prière de la communauté au sein de ce sanctuaire. Vous pouvez aussi voir notre vie apostolique à travers des photos des diverses activités du sanctuaire. Alors à bientôt dans les Hautes-Alpes !

 


    Contact




    En nous envoyant votre email et toute autre information personnelle, vous acceptez que les informations soient utilisées en accord avec notre politique de protection des données prévues aux mentions légales de notre site Internet. Ces données ne seront pas stockées pour un autre usage que pour vous contacter. Elles ne seront ni vendues ni échangées.


    Documents à télécharger

    La presse en parle