Notre-Dame des Victoires

Histoire

Le Sanctuaire Notre-Dame des Victoires est un des lieux mariaux les plus célèbres du monde, bien connu pour les nombreuses grâces qui y sont dispensées par la Vierge Marie à tous les pèlerins qui viennent lui rendre visite.

C’est Louis XIII qui le fonde en 1629, répondant à l’appel des Augustins déchaussés, dits “petits pères”, demandant que l’église soit dédiée et consacrée à la Sainte Vierge, sous le titre de Notre-Dame des Victoires, en reconnaissance des victoires qu’il avait remportées par sa protection, en particulier lors de la prise de La Rochelle sur les protestants.

Novembre 1637 : La révélation du Frère Fiacre

En novembre 1637, la Vierge Marie apparaît au Frère Fiacre, un des religieux augustins. Elle lui présente « l’enfant que Dieu veut donner à la France », le futur Louis XIV, l’héritier tant espéré du royaume. Dans cette révélation, qui est portée, non sans mal, à la connaissance de la reine et du roi, la Vierge demande trois neuvaines, à Notre-Dame des Grâces (à Cotignac, en Provence), Notre-Dame de Paris et Notre-Dame des Victoires. Frère Fiacre s’en acquitte du 8 novembre au 5 décembre 1637. Le 5 septembre 1638, Anne d’Autriche donne naissance à un fils – Louis, Dieudonné – au château de Saint-Germain en Laye.

 Décembre 1836 : le Cœur Immaculé de Marie

Après quatre années d’apostolat, et alors qu’il désespère de sa paroisse, le curé, Charles-Éléonore Dufriche Desgenettes, montant à l’autel, entend l’ordre suivant, à deux reprises : « Consacre ta paroisse au Très Saint et Immaculé Cœur de Marie.» Dans un acte de foi, l’abbé remet à la Vierge la réussite pastorale de sa paroisse. Le lendemain, dimanche 11 décembre, le curé de Notre-Dame des Victoires assiste à la multiplication des fidèles : près de 500 personnes l’attendent à l’heure des Vêpres, alors que la grand-messe du matin n’a réuni qu’une dizaine de paroissiens.

Un lieu thérésien

Étudiant à Paris, Louis Martin, le père de sainte Thérèse, venait régulièrement prier Notre-Dame des Victoires. Lorsqu’en 1883, sa dernière fille, Thérèse, la future sainte de Lisieux, tombe gravement malade, la Sainte Vierge la guérit le 13 mai, au terme d’une neuvaine de prière à Notre Dame des Victoires. Et Thérèse vint elle-même en pèlerinage avec son père et sa sœur la remercier le 4 novembre 1887.

Après la canonisation de Thérèse en 1925, la basilique devient haut lieu thérésien, en mémoire de son amour pour Notre-Dame des Victoires. En 2008, Louis et Zélie sont béatifiés par le Pape Benoît XVI, puis canonisés en 2015 par le Pape François. Ils deviennent le premier couple canonisé de l’histoire de l’Eglise. Depuis 2012, une chapelle de la basilique leur est dédiée et abrite leurs reliques. C’est un puissant lieu d’intercession pour les couples, les familles, les malades…

 Pour en savoir plus sur l’histoire de la basilique Notre-Dame des Victoires : https://www.notredamedesvictoires.com/history/histoire/

Charisme du lieu

Une des spécificités de la basilique Notre-Dame des Victoires est d’être à la fois paroisse et sanctuaire, où se mêlent paroissiens et pèlerins. La douceur, le climat familial, l’entraide caractérisent ce lieu et en font vraiment la maison de Marie, refuge des pécheurs et secours des malades, où chacun peut se sentir accueilli et chez soi.

Les journées mariales tout particulièrement rassemblent de grandes foules ferventes et enthousiastes. Mais c’est aussi à toute heure du jour que les gens ne cessent de venir, ne serait-ce que pour quelques minutes, se confier à la Vierge des Victoires.

La Victoire par Marie

La Sainte Vierge exauce généreusement les demandes de ceux qui prient de tout leur cœur. En témoignent les milliers d’ex-votos – plus de 37000 – qui tapissent les murs de la basilique. Marie est bien la reine de toutes les victoires : conversions, guérisons ou naissances obtenues, mariages, appartements trouvés, examens réussis, travail décroché… Notre Mère du Ciel intercède pour tous les besoins, même les plus simples, de ses enfants auprès de Jésus, son Fils.

Prière pour la vie et lieu de consolation et de mémoire

Auprès d’une statue de la Sainte Famille en bois d’olivier, dans la basilique, sont déposés les noms d’enfants n’ayant pas vu le jour. C’est un lieu de mémoire, d’intercession pour la cause de la vie et pour les familles blessées, un lieu de consolation. Quelle que soit la raison de la mort prématurée de ces enfant, accident de la nature ou décision des parents, ils sont connus et aimés de Dieu. Chaque soir de fête mariale, le registre dans lequel sont inscrits les noms des enfants confiés, est déposé au pied de l’autel et le chapelet est prié pour eux et leurs parents.

Notre mission à Notre-Dame des Victoires

Depuis 1992, la communauté, actuellement composée de 6 sœurs, assure, en collaboration avec le curé-recteur, une mission de prière et d’accueil à la basilique, ainsi qu’une bonne part de la gestion du lieu dans son ensemble (communication, secrétariat, sacristie), aidées par de nombreux bénévoles et quelques salariés.

L’Eucharistie, l’adoration, les offices, le chapelet, rythment la vie quotidienne de la basilique. L’accueil s’organise aussi tout au long du jour, en relais entre laïcs et sœurs, dans un beau climat fraternel et familial. Nous organisons, en plus des nombreuses activités paroissiales auxquelles nous collaborons – catéchuménat, néophytat, louange… -, l’accueil des groupes et pèlerins, des groupes de lectio…

La prière pour les malades s’approfondit actuellement dans le sanctuaire, en lien avec le cœur immaculé de Marie, refuge des pécheurs ; nous retrouvons avec joie une intuition déjà présente dans l’histoire du lieu.

Pour découvrir les activités proposées à Notre-Dame des Victoires : https://www.notredamedesvictoires.com/activites/


    Contact




    En nous envoyant votre email et toute autre information personnelle, vous acceptez que les informations soient utilisées en accord avec notre politique de protection des données prévues aux mentions légales de notre site Internet. Ces données ne seront pas stockées pour un autre usage que pour vous contacter. Elles ne seront ni vendues ni échangées.