Méditation sur l’Évangile du dimanche

26 mai 2024 : Solennité de la Sainte Trinité

Lien vers les lectures de la Messe

“Pas si simple”

La fête de Pâques a été célébrée, Jésus est remonté auprès de son Père et l’Esprit Saint nous a été donné… Nous pourrions un peu trop vite être tentés de croire que tout est ainsi bel et bien « réglé », gagné, qu’il n’y a plus rien à faire, sinon se réjouir et exulter en célébrant les grandes fêtes du mois de juin (qui, soit dit en passant, commencent dès fin mai cette année…) : la Sainte Trinité ce dimanche, le Saint-Sacrement dimanche prochain, puis le Sacré-Cœur le vendredi suivant.

Pourtant l’Evangile de ce dimanche, malgré son apparence festive, reste surprenant. Tout d’abord parce que Matthieu mentionne « les onze », rappelant ainsi implicitement que la trahison de Judas n’est pas si lointaine. Mais aussi parce qu’il nous rapporte le doute qui monte du cœur des Apôtres, ceux-là même que Jésus a formés pendant ses trois années intenses de ministère et alors qu’il s’apprête à les envoyer en mission. L’Église, ainsi, bien loin d’apparaître triomphante et digne de confiance en ses débuts, semble, au contraire, commencer bien pauvrement !

Mais comme toujours, ce n’est pas là l’essentiel ; la faiblesse de l’homme n’est jamais l’essentiel : seule la force de Dieu l’est ! Car, une fois de plus, c’est Jésus lui-même qui va résoudre le problème : il le fait en s’approchant d’eux, c’est-à-dire en comblant la distance qui les sépare, ce qui rend possible de les envoyer en mission. Mission qui est assortie d’une des plus belles promesses de l’Evangile : « et moi je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin des temps ». Oui, il l’a promis, nous l’avons entendu, il ne nous abandonnera jamais, nous ne serons plus jamais seuls.

L’infaillibilité de l’Eglise se révèle ainsi n’être en rien le fruit du mérite des hommes. Elle est au contraire, avant tout et par-dessus tout, un don de Dieu, la manifestation de l’efficacité de sa présence. Quant à sa mission, elle est double : baptiser et enseigner toutes les nations. Elle ne devra donc plus jamais se fermer sur elle-même, elle ne devra plus jamais fermer ses portes, tant qu’il y aura encore, en ce monde, ne serait-ce qu’un homme qui n’aura pas entendu parler de Jésus…

Ne serait-il donc pas temps d’annoncer la Bonne Nouvelle à tous ceux que le Seigneur met sur notre route ? Leur proclamer cette folie à laquelle nous croyons : le Dieu Trinité – Père, Fils et Saint-Esprit – est avec nous. Car les trois personnes de la Trinité ne « sont pas » seulement Dieu : bien plus, elles « font Dieu ». Car nous ne croyons pas en 3 Dieux, mais un seul Dieu, qui est tellement don, tellement relation, tellement communication, qu’il « doit » être 3 pour être 1, pour que l’amour ne puisse plus jamais cesser de circuler, de se donner et de nous entraîner.

À nous d’en vivre… en aimant et en nous donnant !

Version pdf : Pas si simple

Chaque semaine, un court commentaire sur l’Évangile du dimanche !

9 mai 2024, Neuvaine à l’Esprit Saint : « Vous allez recevoir une force »

5 mai 2024 : Ça en vaut la peine !

icone dossier 1

Retrouvez les méditations précédentes en cliquant sur le dossier ou en suivant le lien :

Méditations des années précédentes